Accord nucléaire et situation régionale – Déclaration du Président de la République

A l’occasion d’une conférence de presse avec son homologue ukrainien Volodymir Zelensky le 17 juin 2019, le Président de la République française Emmanuel Macron a fait des déclarations sur l’accord nucléaire avec l’Iran et la situation dans la mer d’Oman.

Au sujet de l’accord nucléaire iranien : « Je regrette les annonces iraniennes de ce jour, mais aujourd’hui, comme l’a souligné l’AIEA, l’Iran respecte ses obligations. Nous l’encourageons très fortement à continuer à adopter un comportement patient et responsable. La France, avec l’Allemagne et le Royaume-Uni, est en contact constant avec l’Iran sur ce sujet. Nous savons que nous avons une période utile entre maintenant et le 8 juillet. C’est dans ce temps où il nous faut œuvrer pour préserver ce cadre. Est-ce que ce cadre est un tout suffisant ? Depuis deux ans, vous m’entendez dire quelque chose de différent, il faut le compléter – c’est ce qui peut et ce qui doit rassurer nos partenaires, le compléter avec plus d’exigences sur le nucléaire post-2025, avec des engagements nouveaux sur le balistique et les activités régionales. Néanmoins, je pense que toute forme d’escalade ne va pas dans le bon sens, qu’elle est nuisible aux intérêts iraniens eux-mêmes, à ceux de la communauté internationale et donc nous ferons tout avec nos partenaires pour dissuader l’Iran de cela, et essayer de construire un chemin possible de dialogue et d’amélioration de ces conditions ».

Au sujet de la situation en mer d’Oman : « Le ministre des affaires étrangères ici présent s’est exprimé sur les opérations menées dans le détroit d’Ormuz, avec aussi la volonté et le rappel constant que nous échangeons les informations et travaillons en partenariat avec nos alliés. C’est une fois les informations rassemblées et tous les doutes levés, que les attributions pourront se faire de manière certaine. Je pense que dans la période dans laquelle nous entrons, le sang-froid peut être utile et la volonté de dialogue avec des objectifs stratégiques l’est tout autant. Je pense qu’à vouloir défendre la sécurité collective en s’attaquant à des risques potentiels, on peut en cascade risquer de mener à de la surenchère. Le rôle de la France n’est pas d’alimenter quelque surenchère que ce soit, c’est, depuis le début, d’essayer de bâtir une réponse efficace, sûre, utile pour évidemment réduire tout risque nucléaire et limiter toute tension dans la région, où nous avons beaucoup d’amis. C’est ainsi que nous continuerons d’agir. C’est ainsi que j’entends avoir de nouveaux échanges en marge du G20 et dans les semaines qui suivront ; afin aussi de préparer une rencontre utile, je l’ai dit d’une part avant le 8 juillet et d’autre part des positions que nous aurons à prendre dans le cadre du G7 de Biarritz collectivement sur ce sujet-là. »

JPEG

lien vers la traduction en persan : https://ir.ambafrance.org/%D8%AA%D9%88%D8%A7%D9%81%D9%82-%D9%87%D8%B3%D8%AA%D9%87-%D8%A7%DB%8C-%D9%88-%D9%88%D8%B6%D8%B9%DB%8C%D8%AA-%D9%85%D9%86%D8%B7%D9%82%D9%87-%D8%A7%D8%B8%D9%87%D8%A7%D8%B1%D8%A7%D8%AA-%D8%B1%D8%A6%DB%8C%D8%B3

Dernière modification : 29/07/2019

Haut de page