Extrait du point de presse du 8 juin 2020 de la porte-parole du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

Q : Selon le dernier rapport de l’AIEA l’Iran poursuit l’augmentation de ses stocks d’uranium enrichi et refuse de laisser les inspecteurs accéder à des sites soupçonnés d’avoir abrité des activités suspectes dans le passé. Quelle est votre stratégie pour convaincre l’Iran de revenir sur ses engagements vu que les efforts de l’E3 depuis le début de l’année, dont le déclenchement du mécanisme de différend au sein du JCPOA, n’ont eu aucun résultat ?

R : Nous avons pris connaissance du dernier rapport trimestriel de l’AIEA sur la mise en œuvre du JCPOA, confirmant la poursuite des violations par l’Iran de ses engagements nucléaires au titre du JCPoA.

Nous restons pleinement attachés au JCPoA qui est essentiel dans l’architecture globale de non-prolifération et le seul moyen d’apporter des garanties quant à la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien. C’est la raison pour laquelle nous avons déclenché, avec nos partenaires E3, le mécanisme de règlement des différends du JCPoA le 14 janvier afin d’ouvrir, dans le cadre strict de l’accord, un espace de dialogue en vue de trouver une solution qui permette de le préserver. Ce dialogue se poursuit de manière intensive entre les participants au JCPoA, ainsi que de manière bilatérale entre les E3, la Russie et la Chine, et avec l’Iran, afin que l’Iran revienne au plein respect de ses engagements au titre du JCPoA.

L’AIEA a également publié un rapport spécifique concernant le manque de coopération de l’Iran au titre de ses obligations de transparence et de vérification. Nous sommes préoccupés par les difficultés dont fait état l’AIEA concernant la conduite de ses inspections. En lien avec nos partenaires, nous appelons l’Iran à coopérer pleinement et sans délai avec l’AIEA et réaffirmons notre soutien au travail impartial et professionnel mené par l’Agence.

Dernière modification : 09/06/2020

Haut de page