Hommage à Media Kachigar, traducteur-interprète de l’ambassade de France

L’ambassade de France est en deuil suite au décès, samedi 29 juillet, de Media Kachigar. Ecrivain, philosophe, M. Kachigar était interprète de l’Ambassade depuis 26 ans. C’est une perte pour l’Iran comme pour la France. L’ambassade de France présente ses condoléances à sa famille et à ses proches.

JPEG

Hommage à Media - Message de l’ambassadeur :

« Mesdames et Messieurs,

C’est avec une émotion particulière que je tenais à adresser depuis la France un bref message d’hommage à notre ami et collègue.

J’ai déjà eu l’occasion de présenter mes condoléances personnelles à la famille et aux proches de Media Kachigar. Comme je leur ai dit à cette occasion, j’avais pour Media Kachigar à la fois estime, amitié et respect.

Estime pour le collaborateur irremplaçable qu’il était au sein de l’ambassade depuis plus de 25 ans.

Travailleur infatigable, toujours disponible et à l’écoute, Media Kachigar avait trouvé dans sa mission de traducteur et interprète une fonction conforme à ce qu’était son caractère naturel : celle d’un passeur fidèle de message entre les langues et les cultures, amoureux des mots et attaché au respect de leur signification. Ceux qui lui confiaient la traduction d’un texte ou d’un entretien savaient que chacun de ses mots ou paroles serait scrupuleusement restitué dans l’autre langue.

Cette fidélité à la langue et au texte était sa fierté, son honneur. Il en faisait la démonstration en toutes occasions avec la même rigueur, qu’il s’agisse d’accords essentiels pour la relation entre la France et l’Iran ou bien d’actes administratifs plus anodins.

Amitié pour le collègue d’exception qu’il a été au sein de l’ambassade tout au long de sa carrière

Au fil des années, Media s’est affirmé comme un repère pour l’ensemble des agents qui avaient fini par trouver en lui une figure paternelle et bienveillante. Au-delà du grand respect pour l’homme de lettres qu’il était, ils avaient développé à son égard une affection particulière. Sa culture et son intelligence en faisaient un collègue qu’on pouvait consulter en de nombreuses circonstances. Nos collègues le diront mieux que moi mais je crois pouvoir dire que tous se sentent aujourd’hui un peu orphelins.

Respect enfin pour l’homme de lettres qu’il était, écrivain et philosophe à la fois, si connu et admiré en Iran. Dialoguer avec Media Kachigar, c’était immédiatement entrer en contact avec la culture iranienne et son infinie richesse. Amoureux fou de son pays et de sa langue, il savait mieux que quiconque en faire partager la finesse et l’infinie complexité. Mais à aussi la transmettre à la jeune génération à travers la création et l’animation de prix récompensant des jeunes talents.

Je crois pouvoir dire que tous les ambassadeurs de France en Iran qui ont eu la chance de le connaître partagent le sentiment que j’exprime aujourd’hui. Tous m’avaient dit avant mon départ que je pourrais compter sur ses compétences exceptionnelles comme sur sa disponibilité et sa gentillesse. C’est aussi en leur nom que je m’exprime.

Ce message ne serait pas complet s’il n’évoquait pas la passion que notre collègue a également vouée tout au long de sa vie à la France, à sa culture et surtout à sa littérature. Les innombrables traductions d’auteurs français par Media Kachigar - à commencer par Albert Camus - ont permis à de nombreux Iraniens de partager sa passion littéraire pour notre pays. C’est aussi pour cela que nous tenons aujourd’hui à lui adresser les remerciements de notre pays. La France perd donc avec lui l’un de ses meilleurs amis en Iran.

Au nom de l’ambassade de France, je tiens aujourd’hui encore à adresser à la famille et aux proches de Media nos sentiments de solidarité et d’amitié dans ces moments si douloureux.

A eux comme aux amis de la France et de l’Iran, je dis que si nous sommes tous en deuil aujourd’hui, nous savons dans le même temps que l’homme de lettres a la chance de ne jamais disparaître totalement. Ses écrits demeurent et resteront le témoignage précieux de l’homme qu’il était. »

Dernière modification : 02/08/2017

Haut de page