Semaine des ambassadeurs – Discours du Président de la République (29 août 2017)

Extrait du discours du Président de la République lors de la conférence des Ambassadeurs le 29 août 2017.

« […] Il est indispensable dans ce contexte [de lutte contre le terrorisme et de tensions dans la région du Golfe] que nous puissions parler à toutes les parties avec deux objectifs en tête, le premier, préserver la nécessaire stabilité de la région, sans quoi nous ajouterions une nouvelle crise aux crises existantes, le second, c’est d’obtenir la transparence sur toutes les formes de financement du terrorisme, car en la matière, il ne s’agit d’avoir aucune naïveté sur ce qui a pu être fait ou ce qui parfois est encore fait, en lien avec des mouvements terroristes que nous combattons sur certains théâtres d’opérations.

C’est ce travail que nous devons poursuivre dans les prochaines semaines et les prochains mois, et sur lequel nous nous engageons. L’un des non-dits de cette crise est la rivalité entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, et leurs alliés respectifs. Nous n’atteindrons notre objectif de lutte contre le terrorisme qu’à la condition de ne pas entrer dans ces grilles de lecture qui voudraient imposer un choix entre chiites et sunnites, et en quelque sorte, nous obliger à nous enfermer dans un camp.

D’autres grandes puissances ont fait ce choix ces derniers temps, j’ai la conviction que c’est une erreur. Et la force de notre diplomatie, c’est cette capacité, là aussi, à parler à tous pour construire les éléments d’une stabilité et lutter efficacement contre toutes les formes de financement du terrorisme. J’ai donc établi un dialogue étroit, autant avec la Jordanie, l’Égypte et les pays du Golfe, qu’avec l’Irak et l’Iran.

Dans cet esprit, je veux ici confirmer très nettement l’attachement de la France à l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, dont je souhaite le respect strict. Cet accord, je le dis en la présence de Laurent FABIUS, a été amélioré grâce à l’intervention de la France, et tout particulièrement la sienne, lorsqu’il était discuté. Il n’y a pas d’alternative au régime de non-prolifération nucléaire, et nous serons, à ce titre, d’une fermeté implacable sur son application.

Mais le cadre de cet accord est le bon, il peut être complété par un travail pour l’après 2025, par un travail indispensable sur l’utilisation de missiles balistiques, mais dans le contexte que nous vivons, l’accord de 2015 est ce qui nous permet d’établir une relation constructive et exigeante avec l’Iran. »

L’intégralité du discours est disponible ici.

Ambassade de France en Iran - Semaine des Ambassadeurs - Discours du Président de la République - JPEG

Dernière modification : 03/09/2017

Haut de page